La maison » Management

Archives de catégorie: Management

Conseils rapides pour devenir un meilleur gestionnaire de projet

Il semble qu’il existe des milliers de conseils en matière de gestionnaire de projet, mais dans cet article, je les ai réduits à 10 de mes préférés – et les plus utilisés.

1- Fixez des objectifs et des priorités pour le(s) projet(s), et réévaluez-les fréquemment.


Si vous n’avez pas de base de travail, la planification et la gestion deviennent très difficiles. Sachez ce vers quoi vous tendez en fixant des objectifs SMART et même des points de contrôle du projet si cela a un sens. Vous pourrez alors exécuter et mesurer correctement vos progrès, ce qui vous permettra de savoir plus facilement à quoi ressemble la réussite d’un projet.

2- Mettez tout par écrit


En tant que chef de projet, vous recevez constamment de nouvelles informations et jonglez avec un tas de tâches. Notez tout. N’essayez pas de vous souvenir de tous les détails ; croyez-moi, cela ne marchera pas. Utilisez un carnet ou un espace numérique où vous pouvez conserver vos notes. Vous disposerez ainsi d’une excellente référence à laquelle vous pourrez vous référer en cas d’oubli – ce qui ne manquera pas de se produire.

3- Utilisez un processus cohérent d’estimation et d’établissement de la portée du projet


Quels que soient les processus de gestion de projet que vous utilisez, assurez-vous d’utiliser le même processus pour tous les projets. Vous éviterez ainsi toute confusion de votre part, de celle de votre équipe et du client, et les choses se dérouleront plus facilement.

4- Utilisez des outils de gestion de projet utiles et complémentaires


Votre entreprise a peut-être déjà investi dans un outil de gestion de projet spécifique pour l’estimation, la planification et la délégation, mais il n’y a rien de mal à utiliser des outils complémentaires plus petits pour vous aider à rester organisé !

Des outils tels que Trello, Evernote, Slack, GatherContent et InVision peuvent réellement améliorer la collaboration et la communication au sein de l’équipe dans de multiples aspects de tout projet.

5- Déléguez comme il se doit


Il est important de ne pas oublier d’impliquer les bonnes personnes dans le bon projet. Par exemple, si vous travaillez sur un projet de site Web, vous voudrez probablement vous en remettre au concepteur ou au développeur Web de votre équipe pour certaines parties spécifiques.

Ne pensez pas que vous devez tout savoir ; faites confiance aux personnes qui vous entourent et attribuez les tâches aux bonnes personnes pour le travail.

gestionnaire de projet

6- Assurez-vous que tout le monde est d’accord avec le plan avec un gestionnaire de projet


Ce point est important pour une communication claire. Même si un plan ou une stratégie est établi, il est loin d’être finalisé.

Assurez-vous que tous les membres de l’équipe et les clients l’ont vu et compris. S’il y a des objections ou des questions, assurez-vous d’écouter attentivement et de fournir une explication claire.

Après avoir présenté la stratégie, assurez-vous que tout le monde est d’accord avec le plan. Ne vous contentez pas de les croire sur parole, mettez-les par écrit. Cela sera très utile si quelque chose change en cours de projet ou si le client commence à s’éloigner du plan.

7- Soyez réaliste et honnête


L’honnêteté et la transparence sont importantes tant dans la planification que dans la réalisation du travail. Ne mentez pas juste pour impressionner le client ou pour embellir le travail que vous avez fait. Donnez l’honnêteté pour obtenir l’honnêteté.

Soyez réaliste lorsque vous fixez des délais et établissez des estimations. Si le client veut absolument qu’un projet de six semaines soit réalisé en seulement trois semaines, ne l’acceptez pas.

Expliquez-lui plutôt clairement l’intérêt de prendre trois semaines supplémentaires pour réaliser un projet bien pensé, plutôt qu’un projet réalisé rapidement et de façon négligée. Il y a de fortes chances qu’ils vous aient engagé pour votre tête, et non pour vos mains, et ils apprécieront que vous preniez les choses en main.

8- Soyez aussi détaillé et organisé que possible pour un gestionnaire de projet


En tant que chef de projet, il est presque obligatoire que vous soyez capable d’être détaillé et organisé. Votre équipe (et le client) compte sur vous pour faire avancer le projet, et pour ce faire, il faut qu’il soit bien pensé et bien documenté. Aidez toutes les personnes concernées en leur fournissant de manière proactive ce dont elles ont besoin avant même qu’elles ne le demandent.

9- Travaillez plus intelligemment, pas plus durement


Ce principe est simple. Améliorez toujours votre efficacité et vos processus. Documentez toutes les méthodes de performance réussies afin de pouvoir les réutiliser et de continuer à les améliorer. On n’est jamais trop efficace.

10- Surcommuniquez


Il est préférable d’en savoir trop que de ne pas en savoir assez. Posez trop de questions, demandez des précisions sur tout et, comme je l’ai mentionné au point 2, notez tout.

Comment devenir manager ?

Un manager, c’est quoi?

Avez-vous de bonnes aptitudes relationnelles ? Vous aimez être mis au défi et testé ? Vous avez fait le tour de votre position d’écrasement.

Alors la poste du manager est fait pour vous.

Vous voulez devenir manager ou améliorer vos capacités en tant qu’étudiant, diplômé, perfectionniste ou employé en transition ?

Découvrez pourquoi vous devriez être un manager et comment y parvenir.

Dans les petites comme dans les grandes entreprises, le manager est une véritable colonne vertébrale. Son rôle : atteindre les objectifs de l’entreprise en coordonnant les efforts de son équipe. Les fonctions du manager sont multiples :

Ses missions quotidiennes sont de notifier les décisions à son équipe, de planifier leurs objectifs, de gérer les responsabilités RH, de désamorcer les désaccords et de procéder aux évaluations annuelles des performances. Le manager est donc en charge de tout. Il peut aussi représenter son entreprise à un salon, une conférence ou un forum pour rencontrer de nouveaux clients ou fournisseurs.

Enfin, connaissant parfaitement les exigences de son entreprise, il peut participer à des campagnes de recrutement pour trouver de nouveaux membres d’équipe.

Pourquoi devenir un manager?

D’une part, être manager paie bien -> (le salaire moyen d’un manager en France est de 3099€).

Selon l’as du tennis des années 1980, Ivan Lendl, « Gérer simplement pour le profit, c’est comme jouer au tennis avec le tableau d’affichage au lieu de la balle. »

La gestion est un travail axé sur les personnes.

En effet, le manager est le chef d’orchestre qui peut faire ressortir le meilleur de chacun pour favoriser la cohésion du groupe. Exit les managers despotiques, place au dialogue et à la générosité.

Le manager peut créer une atmosphère de travail qui favorise le travail d’équipe, la formation et l’amélioration continue.

Le manager du 2022 devra gérer des équipes en télétravail, ce qui peut entraîner une démotivation de l’équipe. Peu propice à la promotion de la culture d’entreprise ou de l’esprit d’équipe.

Un manager qui donne des recommandations à l'employé

Faire des choix

Avec toutes ces tâches diverses (un véritable avantage du travail), le manager se voit fixer de nouveaux objectifs chaque année.

Il doit ensuite élaborer un plan pour atteindre ses objectifs. En ce sens, le travail du manager est source d’autonomie : il peut décider de la marche à suivre en fonction des ressources disponibles (temps, budget alloué, équipes). Vous serez à votre place si vous aimez prendre les choses en main.

Les contraintes du poste manager

Mais attention, le management n’est pas un fleuve tranquille où vos collègues font tout le travail à votre place. L’étude 2018 de Statistica sur les managers a révélé les difficultés suivantes :

  • S’approprier le travail de leur équipe (42 % ).
  • Surcharge de travail (36 % )
  • La pression des supérieurs (35 % )
  • Travailler constamment (28 % )
  • Évitez le burnout !

Les employés qui ont obtenu de bons résultats à leur poste sont souvent promus sans formation en gestion. C’est le principe de Peter : seuls les incompétents ont atteint leurs limites à chaque niveau de la hiérarchie ! Michael Scott, le manager le plus célèbre du monde, joué par Steve Carell, illustre bien ce principe.

Devenir manager ne s’improvise pas, et l’efficacité requiert certaines compétences.

Les qualités du manager

Un manager doit posséder plusieurs talents professionnels. Si le style de gestion des équipes diffère d’un manager à l’autre, il existe des traits communs.

C’est une carrière pleine de rebondissements où vos qualités relationnelles seront la clé de votre efficacité.

N° 1 : Capacité à communiquer

La communication occupe 25 % du temps d’un manager, selon le professeur Chester Barnard de l’ESCP Business School. Le talent de la communication est souvent négligé. Communiquer, c’est accepter les sentiments, les difficultés et les attentes des autres, et en discuter avec ouverture, respect et convivialité.

La charge de travail et les échéances doivent être abordées avec une gestion adéquate du stress et de la patience.

N° 2 : Leadership

Pour bien gérer son équipe et les tensions qui en résultent, le manager doit savoir affirmer naturellement son autorité. Cette qualité personnelle l’aide également à motiver ses troupes au quotidien.

Pour être un leader, il faut avoir confiance en soi.

le manager est un leadership

n°3 : le sens des responsabilités

Au quotidien, un manager doit prendre des initiatives. Être fêté pour les triomphes, mais aussi porter la responsabilité des échecs de l’équipe (lorsque la France a perdu la finale de la Coupe du monde 2006, Zizou, Trézéguet et Domenech ont tous été accusés).

Si un employé demande un traitement exceptionnel (garde d’enfants, télétravail parce que la chaudière fuit, etc.), il doit être accordé tant que cela n’a pas d’impact négatif sur les performances de l’équipe.

Enfin, être manager nécessite d’avoir des conversations difficiles : licencier des employés, faire face à des employés qui se comportent mal ou ont de mauvaises performances. Lorsque la tension monte, le manager doit trouver des solutions pour aider le groupe à avancer.

Formation au management et parcours professionnels


Devenir manager requiert des compétences spécifiques.

4 façons de devenir manager en fonction de votre parcours :

1- Promotion interne

Parfois, la carrière de vos rêves se trouve juste devant vous ! Peut-être votre entreprise offre-t-elle déjà des possibilités d’avancement ! Renseignez-vous sur les initiatives de votre entreprise pour améliorer vos capacités. Informez vos supérieurs de vos aspirations et attendez une ouverture. Les candidatures internes ont un avantage car vous connaissez déjà le lieu de travail.

2- Recruter un manager

De nombreuses entreprises et industries ont besoin de gestionnaires. Consultez les offres d’emploi sur Glassdoor et envoyez votre CV et votre lettre de motivation pour le rôle de manager.Dans ce scénario, l’expérience sera utile. Mettez en avant vos réalisations ou votre expertise. De nouvelles organisations sont prêtes à vous embaucher en tant que manager !

3- Le réseau informel et secret

Un manager avisé saura où trouver des informations, alors demandez autour de vous. Si vous ne connaissez aucun manager, utilisez Linkedin ou d’autres sites professionnels pour les contacter et obtenir des conseils. Renseignez-vous sur leur parcours professionnel et leur vie quotidienne de manager.

C’est une procédure longue et difficile, mais qui en vaut la peine. Certains vous ignoreront, mais la plupart vous aideront volontiers. Vous pouvez également assister à des séances après le travail, à des conférences, à des forums et à d’autres événements de mise en réseau.

4- Devenez un manager

Il existe de nombreuses façons de devenir manager : formation continue, formation de base ou MBA.

  • Formation continue : La formation continue vous permet d’apprendre à votre propre rythme. Ces cours sont disponibles sous différents formats : conférences, cours courts ou prolongés, en face à face ou en ligne. La Cegos et Elegia proposent de telles formations.
  • La formation initiale : Le programme Grande Ecole d’une école de commerce peut vous apprendre à diriger une équipe (Edhec Business School Lille, GEM, Kedge Business School, HEC, Essec). Ces écoles offrent également des possibilités d’alternance. 3 à 5 ans après le baccalauréat.

Le MBA est destiné aux dirigeants qui veulent améliorer leurs compétences en gestion, économie, ressources humaines, finance et langues. Comme la formation continue, c’est un programme flexible avec des vidéos, des séminaires, etc.

L’approche descendante : Pourquoi la formation continue des cadres intermédiaires est essentielle à l’engagement des employés

Ces dernières années, le monde des affaires a connu un changement de paradigme, l’engagement des employés, la diversité et l’inclusion, ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée prenant le pas sur les mesures financières et opérationnelles traditionnelles.

En effet, de plus en plus de dirigeants d’entreprise découvrent que l’expérience des employés a une influence directe sur leurs résultats financiers et qu’elle est l’un des facteurs les plus importants de la rétention et de la fidélité des employés. Par conséquent, les employés très engagés sont non seulement plus engagés dans leur profession, mais aussi plus susceptibles de rester dans une entreprise pendant une période plus longue.

Les cadres intermédiaires sont également essentiels à l’établissement d’une culture d’entreprise dynamique et engagée. Selon les recherches, les cadres intermédiaires sont généralement les employés les plus engagés dans une entreprise. Ils sont le principal canal par lequel les employés peuvent approcher leurs supérieurs.

Dans cet article, nous allons voir pourquoi la formation de vos cadres intermédiaires a un effet d’entraînement sur l’ensemble de votre entreprise, ainsi que les domaines importants dans lesquels les entreprises peuvent commencer à développer une main-d’œuvre plus engagée dès maintenant.

Pourquoi l’amélioration des compétences des cadres moyens est-elle importante ?

Il va sans dire que l’encadrement intermédiaire sert de lien entre les employés et les dirigeants de l’entreprise. Le rôle des cadres intermédiaires est non seulement d’aider les employés à accomplir leurs tâches, mais aussi de servir de lien entre la direction de l’entreprise et les employés.

Les employés de l’encadrement intermédiaire sont souvent les premiers à remarquer, entendre et ressentir les besoins de leurs collègues et de l’entreprise. Ils sont également les plus susceptibles de proposer des idées et des solutions innovantes pour améliorer l’expérience du consommateur.

Le leadership commence au sommet et se répercute en cascade sur la culture organisationnelle. De nos jours, par exemple, de nombreuses entreprises se présentent comme des organisations inclusives, diverses et bienveillantes, mais une figure de proue qui sème la discorde peut facilement entacher une culture d’entreprise par ailleurs excellente.

Considérez les nombreux exemples que nous avons entendus de PDG qui manifestent ouvertement des comportements toxiques ou contribuent à un climat de travail empoisonné. Les chefs d’entreprise ont souvent recours à des techniques rudes et compétitives pour atteindre le sommet, et ces tactiques sont fréquemment associées à la culture d’entreprise.

Selon l’étude de Businessolver sur l’état de l’empathie sur le lieu de travail en 2021, 68 % des PDG ont peur de perdre le respect de leurs employés s’ils font preuve d’empathie. Cela peut conduire à des circonstances désagréables, par exemple lorsqu’une entreprise se présente comme inclusive mais est en réalité animée par des techniques commerciales froides et impitoyables.

Il est essentiel de développer une culture d’entreprise positive afin de retenir les meilleurs éléments, et cela commence au sommet. Les cadres intermédiaires jouent un rôle clé dans l’expérience des employés, car ils interagissent plus fréquemment avec eux et font office de liaison entre les PDG et leur personnel.

En d’autres termes, le renforcement des compétences de vos cadres intermédiaires est l’un des moyens les plus efficaces de stimuler l’engagement des employés et le bonheur au travail en général. Il ne s’agit pas seulement d’enseigner à vos cadres intermédiaires des compétences techniques et des technologies de pointe, mais aussi d’affiner leurs compétences interpersonnelles.

Alors, comment pouvez-vous vous assurer que vos cadres intermédiaires ont les capacités nécessaires pour gérer leurs collaborateurs et le flux de travail ?

Si vous cherchez une réponse, vous êtes au bon endroit.

Les compétences non techniques des cadres intermédiaires à perfectionner sont les suivantes :

Il est crucial de commencer à renforcer les compétences de vos cadres intermédiaires en se concentrant sur leurs compétences générales. Le perfectionnement des compétences matérielles est crucial, mais vous ne voulez pas perfectionner un mauvais cadre intermédiaire pour qu’il soit plus difficile de le remplacer.

Il est plus holistique de se concentrer sur les compétences générales. Plutôt que de vous concentrer sur des domaines spécialisés tels que Microsoft Excel et PowerPoint, vous devriez former vos cadres intermédiaires à la gestion des dynamiques sociales courantes sur le lieu de travail.

Selon Stephen, cofondateur de BeamJobs, les managers efficaces doivent être capables de comprendre le personnel et d’établir des relations avec lui tout en veillant à ce que les initiatives de l’entreprise soient menées à bien dans les délais.

Communication et leadership

La première étape pour aider votre personnel à entrer en relation et à interagir avec les employés et les clients consiste à développer ses capacités de leadership et de communication. Lorsque vous travaillez avec un nouveau membre de l’équipe ou un client, c’est également un talent indispensable.

Prendre soin des autres

Les cadres intermédiaires sont souvent les principaux responsables des autres employés et sont donc tenus de rendre compte des performances globales de leur équipe.

Résoudre les conflits

C’est à votre employé de l’encadrement intermédiaire de gérer les désaccords entre les membres de l’équipe en tant que manager des autres employés. Si les RH sont souvent chargées de cette tâche, il s’agit également d’un talent essentiel que les travailleurs de l’encadrement intermédiaire doivent posséder.

L’empathie et l’intelligence émotionnelle sont deux aspects importants de l’intelligence émotionnelle.

Les cadres intermédiaires doivent s’efforcer d’avoir de l’empathie pour les inquiétudes, les anxiétés et les craintes des employés dans un lieu de travail diversifié. Ils doivent également être conscients de la manière dont ces pensées et préoccupations peuvent affecter la productivité, l’engagement des employés et la satisfaction générale au travail.

Créativité et agilité

Pour répondre aux besoins de l’entreprise, vos cadres intermédiaires doivent être capables d’impliquer leurs équipes de manière innovante et créative. La flexibilité et la capacité à s’adapter au changement vont de pair avec la créativité. Ils doivent également faire preuve d’adaptabilité et être capables de déployer leurs talents de management de diverses manières afin de satisfaire les besoins de leurs collaborateurs de manière efficace et efficiente.

Reconnaissez que les cadres intermédiaires sont sous pression.

Comme indiqué précédemment, les cadres intermédiaires se trouvent dans une situation précaire. On attend souvent d’eux qu’ils fassent plus avec moins, et ils le font souvent d’une manière qui passe inaperçue et n’est pas appréciée.

On voit souvent les cadres intermédiaires effectuer des activités pour lesquelles ils n’ont pas été formés ou être submergés par des responsabilités de faible priorité. Les cadres intermédiaires, par exemple, peuvent avoir leurs propres tâches sur lesquelles se concentrer, mais ils peuvent être submergés par les demandes d’aide de leurs employés, ce qui leur fait perdre du temps.

Les cadres intermédiaires doivent donner le bon exemple à leurs collaborateurs et être capables de coacher le reste de l’équipe. Le renforcement des compétences de vos cadres intermédiaires a un effet direct sur leurs équipes. Un manager plus compétent sera en mesure d’apporter le soutien dont son personnel a besoin, ce qui se traduira par des employés plus heureux et plus productifs.

Non seulement ils seront en mesure d’accomplir leur travail plus efficacement, mais leurs connaissances et leur expérience accrues aideront également les autres employés.

En tant que dirigeant, vous devez laisser le temps à vos cadres intermédiaires de se développer. Permettez-leur d’être des leaders, mais fournissez-leur aussi les outils et la formation dont ils ont besoin pour réussir en tant que managers.

Les cadres intermédiaires peuvent vous aider à créer une culture d’entreprise plus positive.

Les cadres intermédiaires sont souvent le premier point de contact des employés, ainsi que la première source d’assistance. Prendre soin de vos cadres intermédiaires est la meilleure approche pour créer une culture d’entreprise positive.

Les cadres intermédiaires étant un élément crucial de la main-d’œuvre de votre entreprise, il est essentiel de leur fournir les ressources dont ils ont besoin pour réussir. Vous pouvez améliorer votre culture d’entreprise et créer une main-d’œuvre plus engagée et plus équilibrée en améliorant leurs compétences interpersonnelles et en leur donnant plus de pouvoir de décision.

Vos cadres intermédiaires seront mieux à même de traiter les plaintes des employés s’ils améliorent leurs compétences interpersonnelles, comme l’empathie et l’écoute critique. Cela contribuera au développement de la confiance au sein de l’organisation, ce qui favorisera la fidélisation et le moral du personnel.

Bien que le renforcement des compétences des cadres intermédiaires puisse être difficile, il s’agit d’une étape importante à franchir. Elle augmentera leur bonheur au travail et leur permettra de s’acquitter de leurs tâches en exploitant pleinement leur potentiel.

En fin de compte, il s’agit d’investir dans votre personnel, et vous en tirerez des avantages si vous le faites.